Make your own free website on Tripod.com
Nom officiel: Republique Démocratique de Sao Tomé & Principe
Date d’Indépendance: 12 juillet 1975
Capitale: São-Tomé
Superficie : 1001 km 2
Population : 212 679 hab.
Densité moyenne de la population : 48 hab./km²
IDH : 127ª place
Gentilé Santoméen(ne)
Langues officielles nationales : Portugais et Créole
Langues parlées: Portugais, Forro, Lunguye, Angolais , présence du créole de Cap Vert.
Religions :

catholicisme (80%)
Islam (3%)
autres (8,6%)

Monnaie: Dobra
Membre de la Francophonie
  Membre de la CPLP


São Tomé e Princípe - O Arquipélago dos Quatro Continentes
Centro Virtual Camões


Ouvriers 'Roça de Agua Izé'


Ancienne Roça

Etrange pays qui, dès son indépendance en 1975, a abandonné aux populations les plus pauvres, aux chiens et aux cochons noirs ces bijoux de l'architecture coloniale portugaise noyés dans les cacaoyers In Le Figaro.


Plus de photos

Elle (la pluie) écartait pendant quelques instants cette capsule géante de chlorophylle
dans laquelle tous vivaient sur cette île.

Miguel Sousa Tavares in Equador

Autres livres, sur São Tomé et Principe .

Visitez le site de Instituto Camões avec des informations et photos sur la faune, la flore, la nature, le patrimoine d’origine portugais et africain, etc.

 


Kalulu de poisson

 

Un Voyage virtuel à
São Tomé et Principe: archipel des quatre continents

îles de chocolat au milieu du monde

par

Maria Samaké
Paulo Rodrigues
Vitália de Aguilar

Supervision de Luís Aguilar
Professeur invité de l'Université de Montréal et
Docente do Instituto Camões

Bienvenu à la République Démocratique de São Tomé et Principe (República de São Tomé e Príncipe en portugais).

São Tomé et Principe est l’un des cinq pays des PALOP (Pays africains de langue officielle portugaise) et des huit pays de la CPLP (Communauté des pays de langue portugaise). São Tomé et Principe, aussi connu sous le nom de l’Île du Chocolat, est composé de deux îles: la principale São Tomé (859 km²) et la deuxième, plus petite, Principe (142km²). Il y a aussi plusieurs petits îlots, dont Pedras Tinhosas et Rolas. La capitale, qui est le principal port, est la ville de São Tomé avec 43 000 habitants. Ces îles paradisiaques sont situées à environ 300 km au large de la côte atlantique dans le golfe de la Guinée, face au Gabon, à la Guinée équatorial, au Cameron, au Congo et au Nigéria. Puisque São Tomé & Principe se localise si près de l’Équateur, elle possède le climat équatorial caractéristique des alentours.

LA POPULATION

La habitants sont appelés Santoméens et sont formés par des Mestiços (Métis), des Angolares (descendants des esclaves d'Angola), des Forros (descendants des esclaves libérés), des Serviçais (anciens travailleurs contractuels venant de Angola, Mozambique et du Cap-Vert), des Tongas (enfants des serviçais), des Fangs, une ethnie noire bantoue et des Européens (descendants des Portugais).

LANGUES

L'univers linguistique de l'archipel de São Tomé et Príncipe se compose de trois créoles, de deux variétés de portugais et d'une langue bantoue (le fang).
Le portugais y est présent comme la langue du pouvoir, la langue de la présidence de la République, du Parlement, de l'Administration publique, des cours de justice, des forces armées et policières, de l'enseignement à tous les niveaux, de l'affichage, des médias, etc.. Mais bien que le portugais reste la langue de l’État, c'est le créole santoméen qui sert de langue nationale.
En conséquence, le créole santoméen reste la langue orale des représentants de l'État, dans les débats parlementaires, les cours de justice et dans les communications avec les citoyens. À l'écrit, seul le portugais est admis.

La politique éducative, mais aussi celle de l'appareil d'État, est celle du tout-portugais. En raison de la condamnation de toute référence ethnique, il est hors de question de considérer comme un critère valable, pour la nomination d'un fonctionnaire en province, qu'il sache parler la langue de l'endroit : il se fera aider, au besoin, comme à l'époque coloniale, d'un interprète, mais la langue de l'État est obligatoirement et toujours le portugais (même dans les archipels créoles). [...] Aujourd'hui encore, l'apprentissage des langues bantoues se fait à l'université, et non pas à l'école maternelle ! Michel Cahen, L'Afrique "lusophone" ou le nationalisme paradoxal. In Africultures. En ligne.

La République démocratique de São Tomé et Príncipe est non seulement membre de la CPLP -Communauté des pays de langue portugaise mais aussi de la Francophonie.

HISTOIRE

La découverte
Les îles de São Tomé et Principe, ont été découvertes par les navigateurs portugais João de Santarém et Pedro Escobar, la première le jour de la Saint-Thomas, le 21 décembre 1471 et la deuxième, le 17 janvier 1472. Les îles, alors inhabitées, accueilirent sous la supervision de João de Paiva (1486) les premiers colons venus de Madère et y introduisent l’esclavage pour mettre en valeur de grandes plantations notamment, celle de canne à sucre. Les esclaves étaient pris directement du continent de la Guinée et surtout du Bénin.

São Tomé et Principe à l'époque de l'État nouveau de Salazar
En 1951, l’archipel accède au statut de province d’outre-mer portugaise. Lorsque les dirigeants portugais veulent imposer aux Saotoméens une agriculture forcée, les Créoles considérant cela comme un travail d’esclaves, ils se rebellent ce qui entraine quelques morts, mais surtout cela marque la naissance du nationalisme Saotoméen. Le Comité de Libération de São Tomé et Principe (CLSTP) voit le jour en 1960 et réclamant, non seulement, la fin de la colonisation et l’indépendance, mais aussi un régime républicain démocratique. Le mouvement changea plus tard de nom pour Mouvement de Libération de São Tomé et Principe (MLSTP). Le Portugal est sous le régime dictatorial de António de Oliveira Salazar et depuis 1961 doit faire face à plusieurs révoltes dans les diverses colonies africaines portugaises, incluant celle de São Tomé et Principe. En 1974 il y a lieu au Portugal la Révolution des Oeillets du 25 avril et un an plus tard, le Portugal commence le processus de décolonisation. C'est le 12 juillet 1975 que São Tomé et Principe devient un état indépendant. Manuel Pinto da Costa sera le premier président, sous un régime d'orientation marxiste-léniniste, s'alignant sur ceux de l'Angola, du Mozambique et de la généralité des pays africains de langue portugaise.

ÉCONOMIE

Le pays importe 90 % des denrées alimentaires, le pétrole et tous les produits manufacturiers. Il est financé à plus de 80 % par l'aide internationale et le PNB annuel est de 280 $ US par habitant, attend son salut du pétrole qu'il recèlerait dans son espace maritime.
Bien qu’elle cultive ou produise simultanément du café, des margarines, des savons et des noix de cocos. En ce qui concerne le IDH São Tomé et Príncipe se trove dans la 127ª place parmi 169 pays.

La première période de prospérité: la cane à sucre
Jusqu’au XVIème siècle, grâce à l’exportation du sucre récolté par le travail des esclaves, São Tomé et Principe vit une période de prospérité. Cependant, un siècle plus tard l’économie de São Tomé tombe en déclin: le sucre brésilien est considéré de meilleure qualité et se procure à un prix plus abordable, tout comme celui de Madère. De plus les nombreuses attaques contre les îles dans le but de prendre le contrôle des esclaves nécessaires pour les plantations américaines. Ainsi, les Hollandais (1641), les Français (début du XVIIIème siècle) viennent prendre le contrôle de l’île de São Tomé et en conséquences les esclaves fuient dans les forêts denses et sauvages. Le déclin économique et religieux causé par ces invasions européennes, ne cesse qu’à partir de 1822.

La deuxième période de prospérité: le cacao
L'île de Principe est la première terre où furent plantés, en 1822, des cacaoyers apportés du Brésil comme plante ornementale, par les colons portugais...

Le juge José Ferreira Gomes introduisit dans l’île des plantes de café et de cacao. La demande mondiale et le prix toujours augmentant du cacao, redonnèrent aux terres de São Tomé une valeur qui attire l’attention des portugais, qui recommencent alors à investir dans ces terres et à les reconquérir soit par des achats soit par la force et la violence.
Vers les années 1920, les gains acquis grâce à l’exportation du cacao commencent à diminuer dut à la compétition avec les producteurs de l’Afrique occidentale, ce qui nuit à l’économie de São Tomé & Principe. La Seconde Guerre Mondiale crée un manque de main d’oeuvre et une baisse de la demande mondiale, ce qui à son tour diminue la production de cacao de São Tomé.

S'il est vrai que São Tomé fut le premier producteur de cacao, l'un des meilleurs au monde, grace aux nombreuses plantations (roças) de cacao de l’île (le pays commercialise du pur chocolat d’où son surnom d’île chocolat), il ne reste pas moins que São Tomé et Príncipe demeure aujourd'hui un des pays les plus pauvres de l'Afrique, à cause de l'effondrement des revenus de l'industrie du cacao et de la presque dissolution des plantations de cacao, la principale base de l'économie des îles à part les bananes et la pêche.

Malheureusement, le golfe de Guinée est aussi un eldorado pétrolier. Même si la rumeur affirme que son exploitation à São Tomé et Príncipe n'est pas pour demain, on peut craindre pour ces îles bijoux...

Le tourisme

L’industrie touristique est très bien structurée, agence de voyage, site internet avec information sur la santé, les itinéraires pour planifier le séjour avant l'arrivé, renseignement sur le visa, ainsi que la liste des consulats et les moyens de communication pour avoir de plus amples renseignements. S’il y avait plus de publicité incitant les touristes à voyager en direction de São Tomé... Il s’agirait d’une des destinations les plus prisées. On y retrouve aujourd’hui des hôtels dont un seul 5 étoiles: l’hotel Pestana de São Tomé. Afin de voyager aux îles du chocolat, il faut prendre des vols provenant de l’Europe et de l’Afrique. Il est important de se faire vacciner contre la Malaria et la Fièvre Jaune avant de quitter pour São Tomé & Principe. Les forfaits et endroits visités par les touristes intègrent la population locale, le tout est simplement conviviale et ce dans une ambiance locale. Le pays offre aussi de nombreuses activités pour les touristes, comme par exemple la plongée, la randonnée dans le parc naturel protégé dont celui nommé «Ôbo» . L’éco- tourisme est en franc développementet dans les îles et des circuits écotourismes sont proposés. Et bien sûr il ya a les plages. En effet, un autre attrait touristique de São Tomé et Principe serait le grand nombre de plages que l’on peut y retrouver. Des eaux claires, voire limpides, jumelées au beau temps de São Tomé et Principe permettent de profiter du paysage. Consultez ici les prévisions météorologiques de São Tomé & Principe.

L’île possède sa propre compagnie aérienne «STP Airways» mais est aussi desservie par la compagnie portugaise TAP directement sur son territoire.

LA CULTURE

Les activités culturelles de São Tomé & Principe retracent leurs origines europénnes et africaines. Ceci ce perçoit beaucoup dans les danses de São Tomé & Principe, surtout dans le Tchiloli et le Danço Congo. Le tchiloli est un essemble d’activités expressives basées sur le roman d’un écrivain de la Renaissance: Baltasar Dias. On y retrouve personnages, musique, théâtre et danse d’origines européennes et africaines. São Tomé possède aussi un musée national. L’artisanat y est beaucoup développé comme des jouets fait en fil de fer, en caoutchouc…

LA GASTRONOMIE

Les plats traditionnels de São Tomé et Principe, tout comme la musique traditionnelle, tracent leurs origines de l’Europe, de l’Afrique et de l’Amérique. Au XVe siècle, les portugais introduisirent des aliments basiques de l’époque: pain, farine, vin, huile, fruits sec, biscuits traditionnels, etc. Les esclaves d’Afrique introduirent des fruits africains et du blé. De l’Amérique, les portugais ont ammenés avec eux des bananes, du manioc, du riz, des herbes et des assaisonnements. La gastronomie de São Tomé et Principe est très exotique. Les plats de São Tomé sont surtout constitués de fruits (bananes, avocats, ananas) auxquels l’on ajoute de la volaille, du porc, ou des poissons. Le plat national est appelé le kalulu. Il se prépare avec du poisson (ou poulet ou porc) et des feuilles d’un arbre le Frutapão, auquel on accompagne des bananes plantains souvent sous forme de purée. Le tout peu s’accompagner de riz et de haricots secs en sauce. Quant aux boissons, l’île a sa propre brasserie et produit ainsi sa propre bière locale la CREOLA.


LA FAUNE ET LA FLORE

Les faunes et flores diversifiées africaines de São Tomé présentent plusieurs écosystèmes, et font en sorte que plusieurs considèrent les îles de São Tomé & Principe comme des paradis terrestres situés au centre de la carte planétaire. Les îles regorgent de plus d’une centaine d’espèces d’oiseaux différents et d’insectes aussi, plusieurs uniques à São Tomé, comme c’est souvent le cas dans les forêts tropicales. D’ailleurs, ces forêts font environ 61% de la superficie totale des îles. La faune marine est aussi très variée, tortues, dauphins, coraux et les diverses activités de pêches de plongée sous-marine des îles nous permettent de les découvrir. La flore y est aussi très riche grâce aux terres volcaniques de São Tomé & Principe. La végétation est très dense et les fleurs diffèrent les unes des autres par leur grandeur et leurs couleurs magnifiques. Ces zones protégées forment un parc national protégé sur les îles: le Parc national d’Ôbo. Il est possible de découvrir les forêts, en vacances sur les îles, grâce aux randonnées terrestre offertes à São Tomé & Principe.

 
1