Make your own free website on Tripod.com

L I S B O N N E
Alis Ubbo, Olissipo, Felicitas Julia, Aschbouna, Olissibonna, Lissibonna, Lisboa:
Port de rencontre de différentes et étranges races…

L'histoire de Lisbonne c'est l'histoire d'une ville labyrinthe qui fut jadis une des plus riches du monde.Lisbonne, ville fluviale et maritime, résultat d'une symbiose entre la terre et l'eau, a l'originalité sereine des communautés qui se sont formées lentement, au long des millénaires. Située à l'extrémité de l'Europe, tournée vers l'Atlantique, point de départ des caravelles qui sont à l'origine de l'ère des Découvertes, l'histoire et les destins de la capitale portugaise sont toujours liés au Tage dont l'estuaire, d'un des plus grands du monde, exerce encore aujourd'hui une fonction vivifiante sur toute la vie citadine. On pourrait presque dire qu'on ne peut les concevoir séparément.

Les vestiges les plus anciens de la présence humaine dans la région de Lisbonne remontent au Paléolithique, au début de la préhistoire. Le climat doux, la proximité du fleuve et l'abondance de faune et flore ont sans doute contribué à l'installation des populations primitives sur ces lieux.

Des marchands phéniciens, grecs et carthaginois ont occupé ce territoire jusqu'à l'arrivée des romains, qui ont instauré une période de stabilité et de prospérité. La ville romaine à laquelle Jules César a donné le nom de Felicitas Julia, a été la proie d'attaques de la part de Goths, Suèves et Visigoths jusqu'au débarquement dans la Péninsule des armées musulmanes en 711.

Alis Ubbo

Lisbonne est un site qui a attiré il y a 3000 ans les phéniciens pour sa situation stratégique exceptionnelle. En effet, entre 1200 et 480av. J.C. - les Phéniciens, attirés par le port naturel situé au pied d'une colline, y battirent une colonie où se dresse aujourd'hui le château de Saint Jorge, nomment la ville Alis Ubbo (rade sereine ou crique amène).

Olissipo

Et qui, étymologiquement, pourrait aussi être à l'origine de l'actuel Lisbonne. Elle fut ensuite habitée par les Carthaginois (480-280 av. J. C.) et envahie par les Grecs, les Romains, les Wisigoths, les Maures...500 ans a, J. C. - vivait à l'ouest de la Péninsule Ibérique la tribu des Lusitaniens. Lisbonne est alors connue sous le nom d'Olissipo associé à la légende d'Ulysse, le héros mythique de l'Odyssée. Les Lusitaniens ont longtemps résistés à la pénétration des Romains.

Felicitas Julia Romana

Lisbonne a été conquise en 205 av. J.-C. Les Romains lui donnent la catégorie de municipe et elle reçoit la charte de ville sous le nom de Felicitas Julia.194-193 av. J.-C, est la date des premières confrontations armées entre Lusitains et Romains. Entre 147 et 139 av. J.-C, les Lusitains eurent comme chef Viriato qui imposa aux Romains des annés consécutives de défaites militaires jusqu'à ce qu'il fut assassiné par des hommes de confiance, subornés par le vice-consul Servilius Scipion. La mort de Viriato n'a pas signifié la fin de la guerre et ce peuple de bergers continua à descendre les monts Hermínios à des époques de crise, pour mettre à sac les terres fertiles du sud où les Romains étaient établis.

En 138 et 137 av. J.-C a eu lieu la première attaque connue sur l'actuel territoire portugais, de part des légions romaines commandées par Decius Junius Brutus, Gouverneur de la province Ulterior. Cette expédition eut pour but final punir et soumettre les Lusitains, à cause des razzias qu'ils continuaient à faire régulièrement sur les terres occupées par les Romains au sud de la Péninsule. Decius Junius Brutus fortifia Lisbonne, qui devint ainsi la base de ravitaillement de son armée, il monta le fleuve et avança en territoire lusitain. Il continua vers le nord, atteignant le fleuve Minho, dans le territoire des Bracaros. Ces derniers volèrent les provisions de l'armée de Brutus, l'obligeant à reculer. Lors de cette expédition il y eut un curieux épisode de refus de la part des soldats de Brutus à traverser la rivière Lima, de peur d'oblier le passé. Le général romain prit l'initiative et traversa la rivière tout seule, ayant ainsi été suivi de toute sa légion. L'action de Brutus, laisse croire que le territoire au sud du fleuve Tage aurait déjà été pacifié et que les Caeltes auraient accepté l'autorité de Rome ou n'auraient pas été hostiles à la présence romaine. Lisbonne, a maintenu sa fidélité à César, du temps où celui-ci fut governeur d'Ulterior, recevant ainsi du dictateur le satus de municipium civium romanorum, catégorie juridique et administrative aussi prestigieuse que celle de colonie. Entre 29 et 19 av.J.-C., Auguste termina la pacification en Péninsule Ibérique, avec la conquête des Asturies et de la Cantabrique et imposa la Pax Romana partout dans l'Empire.Lors de son déplacement en Péninsule Ibérique, entre 16 et 13 av.J.-C. Auguste réorganisa administrativement ce territoire en créant trois provinces: la Tarraconaise, la Béthique et la Lusitanie

. Le territoire portugais actuel, au sud du Douro, est resté intégré dans la province de la Lusitanie. Dans cette structure administrative alors créée, chaque province fut divisée en conventus et civitas. Ce fait, marque le début de la division administrative du territoire portugais. A l'époque des dynasties des Flaviens (69-96) et des Antonins (92-192), on assista à l'apogée de la civilisation. Les villes se sont automisées administrativement, recevant le droit romain. En 306 Constantin devint Empereur. Il transféra la capitale de l'Empire pour Bizance, ville qu'il refondra avec le nom de Constantinople. En 313 il reconnut la liberté du culte aux chrétiens. En 395, l'Empire est définitivement divisé entre les fils de Théodose, l'Ocident revenant à Honorius.En 411, Honorius, après une période prolongée de guerre civile,établit un pacte avec les Alains, leur concédant la Lusitanie. Le lien administratif de la Lusitanie avec rome termine ainsi.Dans l'Histoire de l'Empire Romain, la Lusitanie et la région des estuaires des fleuves Tage et Sado, en particulier, étaient importantes car elles possédaient la plus grande concentration d'unités industrielles de composés des poissons, dans tout l'Empire.

Au Ve siècle - Les grandes invasions barbares conduisent à Lisbonne un cortège de peuples en provenance d'Europe du Nord. Entre 415-417, les Alains sont expulsés par les Wisigohts, qui imposèrent leur donimation en territoire lusitain au sud do Tage. L'organisation administrative créée par les Romains fut consérvée et la paix sur la péninsule regnera pendant 2 siècles.

Aschbouna

En 714, (Bataille de Guadalete) trois ans après la conquête de la Péninsule Ibérique entamée par le Berbère Tarik, Lisbonne passe sous domination musulmane et elle était déjà une métropole maure mouvementée et très peuplée. C'est de cette époque qui vient le nom Aschbouna. Durant cette période la cité prospère de nouveau et bénéficie sous l'impulsion du Brujah d'une forte expansion culturelle et commerciale. Les écoles et les arts sont florissants. Alfama conserve encore des signes très marquants de cette époque mauresque.En 1093 les armées de la Reconquista s'emparent de Lisbonne mais ne parviennent pas à l'occuper durablement.

Lixbouna

Il faut attendre 1147 que D. Afonso Henriques détourne une flotte de croisés qui longeait la cote vers la Terre Sainte et l'oriente vers Lixbouna. Ce sont donc 164 navires emmenant anglais, français et flamands qui débarquent, soutenus par les ordres templiers et hospitaliers. La victoire est aisée, complétant ainsi de façon définitive la conquête chrétienne du territoire. Une légende raconte que c'est aussi à cette époque que la dépouille de Saint Vincent accosta le rivage de Lisbonne sur une embarcation vide, uniquement guidée par deux corbeaux. Saint Vincent devint donc le saint de la ville et depuis figure sur son blason une barque flanquée de deux corbeaux.

Lisbonne: capitale du Portugal

La première charte de la ville de Lisbonne est délivrée par D. Afonso Henriques en mai 1179, et elle devient la capitale du Portugal en 1256.

Lissabona: L'Âge d'Or

Lisbonne connut son âge d'or aux XVe et XVIe siècles et aussi un des plus agité et dramatique. Elle devient un entrepôt t commercial, les étrangers y sont nombreux, mais l'Inquisition est établie, il y a des tremblements, la peste et la fin de D. Sebastião. Lissabona s'est développée et avec l´Ère des Découvertes elle devient la métropole mondiale d'un empire qui allait de l'Afrique à l'Amérique du Sud, et de l'Inde à l'Extrême Orient . À cette époque elle bénéficie des richesses qui se sont accumulées après le voyage de Vasco de Gama aux Indes et la découverte du Brésil par Pedro Álvares Cabral. De nouveaux courants commerciaux se sont alors créés, au détriment de Gênes et de Venise. On y vendait des métaux, des bois précieux, des épices, de l'ivoire, des étoffes et des bijoux. Ce fut également à cette époque que l'on construisit de superbes palais et des églises de style manuélin.

Du naufrage politique du Portugal au tremblement de terre à Lisbonne

Lisbonne connaît une période de déclin sous la domination espagnole (1580-1640). À la fin du XVIIe siècle, l'or en provenance du Brésil est à l'origine de la construction de nombreux palais et édifices fastueux.Le 1 er novembre 1755, un séisme violent détruit près de 1/3 de la ville et décime la moitié de la population.
Cependant, sous la direction du Marquis de Pombal, Premier ministre du Roi D. José I (1750-1777), Lisbonne renaît grâce à un gigantesque travail de reconstruction. Enterrer les morts, soigner les vivants et fermer les ports - le Marquis du Pombal a empêché la fuite de la population en lui fournissant des aliments et de l'assistance et en interdisant l'augmentation des prix. Il a également interdit la reconstruction d'immeubles qui n'étaient pas en accord avec les plans de (re)construction de la ville, élaborés par Manuel da Maia, ingénieur principal du royaume. La ville médiévale a fait place à un tracé rationnel caractérisé par des rues larges en quadrillé ouvert et des immeubles de même hauteur. La Baixa (centre) reconstruite voit ainsi consacrés deux anciennes places publiques: celles du Terreiro do Paço et du Rossio, la première étant le corollaire de Lisbonne de Pombal, une porte ouverte sur le Tejo et l'une des plus belles places au monde!
La prospérité financière retrouvée dans la deuxième moitié du 18e siècle, grâce à la découverte de mines d'or au Brésil permit à l État d'engager un vaste programme de construction. Avec l'occupation de la ville par les troupes de Napoléon Bonaparte en 1807 et la fuite de la famille royale vers le Brésil.

En 1808, lorsque le général Junot, vainqueur à Abrantes l'année précédente, tenait à Lisbonne une sorte de cour, il avait promis, dans une proclamation célèbre, que les bienfaits de l'instruction se répandraient à bref délai dans tout le pays et que, dans chaque région, surgirait un nouveau Camões.

En 1811 les Français sont chassés du territoire portugais par l'armée britannique.

1820 - Début de la Révolution LibéralLes invasions françaises accélèrent le processus conduisant au libéralisme politique. Une fois le Brésil devenu indépendant (1822), on s'interroge d'une façon nouvelle, comme inquiète, sur le Portugal.

1828-1834 Guerre Civile. C'est à partir de la seconde moitié du XIX ème siècle, avec le début de l'industrialisation, la récupération économique et une croissance démographique concomitante que Lisbonne reprend un développement normal. La croissance de la ville se dirige vers l'intérieur avec la construction de la Avenida da Liberdade (1879) puis des Avenidas Novas (Avenues Nouvelles), s'éloignant ainsi du Tejo.

Lisbonne de Salazar à nos jours

Dans le Portugal resté neutre pendant la Seconde Guerre mondiale, Lisbonne constitue un abri et un port d'embarquement vers l'Afrique et vers l'Amérique pour les réfugiés de toute l'Europe.Pendant les années 90, les bases pour la réhabilitation des quartiers historiques ont été mises en place.

Le patrimoine culturel et architectural a été valorisé. Toute la zone au bord du fleuve a été récupérée, devenue de nos jours un espace de loisirs et de rencontre. Le pont Vasco da Gama est construit et toute la zone Est a été
réhabilitée pour la réalisation de l'Exposition Mondiale des Océans (1998).

Dans ce nouveau siècle Lisbonne est une ville aux contrastes multiples, moderne et ancienne, qui nous offre une ravissante diversité de paysages, de traditions et de divertissements. Son histoire est vivante dans ses églises, couvents, châteaux et palaces et dans les innombrables monuments qui enrichissent la ville. Un nouvel incendie en 1988 détruit un quartier commercial piéton. Toutefois, l'accueil en 1998 de la dernière Exposition universelle du XXe siècle (Expo'98) a permis d'accélérer les travaux de rénovation de la ville, les plus importants entrepris depuis le marquis de Pombal. Lisbonne dispose ainsi, grâce à un investissement de l'État à hauteur de 11 milliards de francs environ, d'une nouvelle gare et d'une nouvelle ligne de métro. Par ailleurs, certains quartiers ont été totalement réhabilités, tels les anciens docks, et le plus grand pont d'Europe (le pont Vasco de Gama, 12 km) a été construit au-dessus du Tage. Grâce à cette manifestation centrée autour des rapports entre l'homme et la mer, dans le cadre de " l'année internationale des océans " décrétée par l'Unesco, les autorités portugaises ont réussi à valoriser le patrimoine culturel de la ville et, au-delà, montrer les progrès accomplis par ce pays désormais prêt à affronter les défis européens.

Des initiatives telles que la rénovation en profondeur des réseaux de transport, le début d'un plan de travaux publics de base et la construction de nouvelles rues et avenues ont contribué à la naissance de nouveaux quartiers résidentiels ou à leur amplification. Ceci a influencé sur plusieurs aspects l'évolution urbanistique de cette " ville aux sept collines " toujours hospitalière. Ces collines sont : Colina do Castelo, da Graça, Monte, Penha de França, S. Pedro de Alcântara, Santa Catarina et Estrela. Chacune d'entre elles a sa propre histoire, ses mystères et ses secrets. Chaque quartier a ses propres particularités historiques et actuelles... impossible de raconter leur longue histoire.